Toggle menu
Français
Pic teaser__link highlighted

Canalisations

Stations d’épuration d’eau, Phnom Penh, Cambodge

VINCI Construction Grand Projets sécurise l’approvisionnement en eau de Phnom Penh grâce aux travaux sur les stations de Niroth et Chamkar Mon.

De manière à faire face à la forte croissance urbaine de Phnom Penh, sa Régie des Eaux (PPWSA) a été restructurée au début des années 90. Plusieurs chantiers visent à améliorer la distribution de l’eau.

L’eau du Mékong filtrée et distribuée dans la capitale à Niroth

A Niroth, le dispositif développé par VINCI Construction Grands Projets comprend entre autre une prise d’eau sur le Mékong, une station de pompage des eaux brutes, une installation de filtration, et une station de traitement qui distribue l’eau rendue potable dans le réseau de la ville.

La station comprend la construction de 12 décanteurs lamellaires avec 4 chambres de coagulation et 12 chambres de floculation ; mais aussi la construction de bâtiments de dosage et stockage des réactifs, la construction de 12 filtres à sables, la construction d’un réservoir de stockage d’eau traitée semi-enterré d’une capacité de 23 000 m³.

Au plan technique, l’unité se distingue par un pilotage entièrement automatisé et par des pompes à vitesses variables régies par un algorithme novateur qui optimisent la consommation d’énergie. L’objectif était de doubler la capacité de l’actuelle station, afin de permettre à près de 400 000 personnes d’accéder à l’eau potable, soit ¼ de la population.

Entre saison des pluies et crues saisonnières, un chantier complexe à Chamkar Mon

Le premier défi du projet de Chamkar Mon a été relevé lors de la construction de la prise d’eau, un puits de 10 mètres de diamètre. Ce puits réalisé à l’aide de palplanches le long de la berge de la rivière Bassac, un affluent du Mekong, est soumis aux contraintes de crue dont le niveau varie en moyenne de 10 mètres.

L’autre défi tenait à l’emplacement du site, un terrain en plein centre-ville, extrêmement exigu. L’ancienne station de traitement d’eau a dû être démolie avant tout lancement de chantier. A ces difficulté s’est ajoutée la saison des pluies, qui dure 3 mois par an (d’août à octobre). Les travaux enterrés (terrassement, fondations et pose de conduites) étant difficiles, voire impossibles, pendant cette période, ces derniers ont été planifiés en pleine saison sèche.

Par ailleurs, la situation géographique en plein centre-ville rendait difficiles les travaux et les livraisons d’approvisionnement, nécessitant une logistique adaptée. Il fallait cependant répondre à l’une des exigences principales du client : une livraison dans un délai maximal de 24 mois.

Le succès des deux chantiers vient par ailleurs de la formation du personnel local, qui a suivi de projet en projet.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques anonymes de visites et de vous garantir une meilleure expérience. En savoir plus