Toggle menu
Français
Pic teaser__link highlighted
© VINCI

Toutes les expertises

En quoi le BIM est-il un facteur pour la sécurité sur les chantiers ?

06 mai, 2019

Axe de progrès sur les chantiers, la maquette numérique permet d’identifier les risques, de les traiter, de sensibiliser les compagnons et ainsi de travailler en toute sécurité.

Le BIM permet de mieux identifier les risques

Les risques extérieurs proviennent de l’environnement du chantier et en particulier la zone d’accès. Ils sont liés à la circulation des véhicules et des piétons, à leurs stationnements, aux accès et aux zones de stockage, etc.

Les risques dans l’enceinte du chantier se multiplient dès la préparation et l’installation de chantier. Par la suite, les accès aux postes de travail, les circulations, les interventions simultanées de métiers variés, etc, doivent être orchestrés. Leur visualisation facilite la prévention.

« Le plan d’installation de chantier en 3D […] est riche d’enseignements non seulement pour faciliter l’accueil de tous les intervenants du chantier mais aussi pour détecter d’éventuelles interférences en matière de sécurité des circulations, que ce soit autour ou dans l’emprise du chantier. » confirme Romain Hacquard, de la direction développement numérique VINCI Construction France en Normandie-Centre.

Les risques seront mieux traités grâce au BIM

La vision globale et collaborative apportée par le BIM permet de traiter les risques sur un chantier au fur et à mesure, et ce, dès sa préparation et non pas pendant son exécution, ce qui change à peu près tout.

Une priorité dès la phase de conception

L’intégration du BIM permet d’anticiper les situations les plus risquées, telles que les conditions de travail en grande hauteur ou dans des contextes où il existe des pentes importantes. Sur le chantier du Parc aqualudique de Bergerac, la maquette numérique a été utilisée par Thomas Mohen, de la direction déléguée Nouvelle Aquitaine de VINCI Construction France, dès la phase de terrassement pour identifier les sécurités périphériques et extraire des coupes expliquant les pentes, les escaliers, etc.

L’organisation sur le chantier se fluidifie

Le bon positionnement d’une grue, les besoins en accès sécurisés, la prévision des flux des livraisons et des besoins en stockage peuvent s’appuyer sur les relevés numériques et leurs représentations en 3D. Au sein des équipes, le BIM fait preuve de vertus pédagogiques : « Il met autour de la table les équipes méthodes et les équipes travaux » constate Adrien Reversat, Méthodes VINCI Construction France à la direction déléguée Centre-Est – Campenon Bernard Nucléaire.

Simulation digitale d'un chantier pour caler les méthodes de chaque phase – <br /> © VINCI Construction France

L’environnement urbain complexe et restreint de nombreux projets est mieux appréhendé grâce à l’addition des avantages de la réalité virtuelle, de la visualisation de l’environnement du chantier par drone et des vues satellite.

Un chantier étant par définition un environnement en évolution constante, le modèle numérique se charge de la programmation des évolutions des zones à sécuriser. Avoir un chantier propre et bien organisé est un facteur de sécurité pour tous ceux qui y interviennent, qu’il s’agisse des intervenants du gros œuvre ou des autres corps d’état qui s’y greffent ponctuellement.

Le BIM retrace non seulement la maquette à un instant T, mais intègre les plannings et fait ainsi naître la maquette 4D. De même, la géolocalisation des engins et des hommes transforme l’outil numérique en pilote virtuel de la sécurité de chaque instant.

La sécurité au poste de travail

Les chefs de chantier gros œuvre peuvent expliquer concrètement les accès aux postes de travail et les modes opératoires à partir de la maquette numérique. Toutes les parties prenantes se concentreront en particulier sur les méthodologies inhabituelles et les matériaux spéciaux, générateurs de risques.

La visualisation en 3D des travaux facilite le choix du meilleur matériel et la sécurisation du compagnon dans son environnement de travail. « Avant, on se retrouvait face à un problème en réalisant le chantier, maintenant on le simule sous tous ses aspects avant de construire » explique Raphaël Avenier, direction déléguée Provence de VINCI Construction France.

Le BIM offre la possibilité d’obtenir rapidement la nomenclature des pièces, d’en vérifier le poids et de simuler l’assemblage. La sécurité augmente à chaque étape.

Des matériels dédiés

La visualisation de tous les éléments de sécurité dans la maquette numérique permet de vérifier que les bons matériels ont été prévus aux bons endroits, avec les bons appuis, et ce, niveau par niveau. Des outils spécifiques ont par exemple pu être développés en amont pour travailler en toute sécurité sur les façades de la Tour La Marseillaise. « La maquette numérique nous a permis d’imaginer en amont les passerelles de travail permettant d’emmener le personnel à 150 m de hauteur » raconte Raphaël Avenier.

 Outil de pose des façades en béton fibré à ultra hautes performances, <br /> Tour La Marseillaise - © Michèle CLAVEL

Des applications complémentaires pour communiquer avec le BIM

Grâce à la maquette numérique, le chantier devient visualisable et chaque donnée exploitable. De nombreuses applications complémentaires servent à mieux expliquer les risques et à mieux communiquer auprès des différentes parties prenantes du chantier et de ses riverains.

Côté riverains, la visualisation en 3D, parfois même animée, de l’organisation temporaire des voies d’accès du quartier et la modélisation de la signalisation permet à tous de reconnaître la pertinence des décisions.

Côté intervenants sur le chantier, le BIM s’installe au plus près des chefs d’équipe et des compagnons dans une « cabine BIM » - le totem digital des chantiers de VINCI Construction - et sert par exemple d’appui au quart d’heure de sécurité en début de journée.

De la réalité virtuelle pour visualiser les risques de collision homme-engin,  utilisée ici par la direction déléguée Provence - © VINCI Construction France

La réalité virtuelle avec ses casques futuristes peut venir enrichir ce moment essentiel pour la sécurité, grâce à des serious games qui modélisent les accidents et permettent à chaque utilisateur d’en expérimenter le vécu.

Former avec le BIM

L’outil numérique et ses applications en réalité virtuelle constituent d’excellents supports de formation, car cette technologie donne un droit à l’erreur qui n’existe pas dans la réalité. L’apprentissage par l’erreur, le vécu, permet d’acquérir des réflexes de vérification. Voir son environnement avant d’y intervenir réellement offre un gain en termes de prévention des risques et d’efficacité du chantier.

Pour en savoir plus et découvrir de nombreux aspects concrets des pratiques sécurité en matière de BIM, téléchargez « Conduite de projets en BIM », édité par les Entreprises Générales de France.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques anonymes de visites et de vous garantir une meilleure expérience. En savoir plus

J'accepte